Excision, le plaisir interdit - © Tous droits réservés

Excision, le plaisir interdit, un film documentaire de Mireille DARC

Il y a quelques années, l’actrice Mireille Darc s’était déjà intéressé au sort des femmes dans un documentaire très sensible sur les escort girls. Elle nous revient aujourd’hui avec un film sur un sujet très sensible encore et qui touche au moins 200 millions de femmes dans le monde, y compris en France ou en Belgique. Un documentaire de Mireille Darc et Nathalie Amsellem à ne pas manquer sur La Une le mercredi 17 mai à 22h. Rediffusion sur La Trois le 22/05 à 21h10 et le 23/05 à 10h35

 » Laisse errer mes doigts dans la mousse où le bouton de rose brille  » écrivait Verlaine. Baptisé bouton de rose ou bouton d’amour, le clitoris est le seul organe humain dédié entièrement au plaisir. Souvent synonyme de volupté, de bonheur, de jouissance. Ce petit bout de femme est parfois considéré comme une excroissance, à couper.

En Belgique, on estime que plus de 13.000 femmes sont excisées et 4.000 fillettes sont menacées. Elles viennent principalement de pays d’Afrique ou du Moyen-Orient où l’excision est fréquente. La pratique est pourtant interdite par la loi belge. Mais ellepersiste car c’est une tradition millénaire. 200 millions de femmes dans le monde ont subi une ablation du clitoris. Près de 60 000 d’entre elles vivent en France. Des femmes blessées à vif, blessées à vie, dans leur intimité, au plus profond d’elles-mêmes. Mireille Darc a voulu aller à la rencontre de ces femmes, dire leur douleur, laisser la souffrance et la violence s’exprimer. Comprendre. Et puis dire « Non ». « Non » à cette pratique qui met en danger la vie des femmes. « Non » à cette pratique parce qu’aujourd’hui, toutes les 4 minutes une petite fille est excisée dans le monde.

Source :https://www.rtbf.be/tv/thematique/documentaire/detail_excision-le-plaisir-interdit?id=9606256#images-pane-9095037

Ndlr :

Le film documentaire de Mireille DARC « Excision, le plaisir interdit » auquel la Fédération nationale GAMS (France) a largement consacré du temps, de l’énergie et pour lequel elle a largement ouvert son carnet d’adresse vient d’être diffusé sur la télévision belge. D’autres diffusions sont encore prévues, en Belgique. Et nous remercions très sincèrement les citoyen.ne.s qui nous ont alerté, et qui nous en ont informé. Nous ne savons pas si nous sommes au générique, mais là n’est pas l’important. Ne pouvant pas visionner le film, ni la bande annonce à partir de la France, merci d’avance de vos commentaires et remarques.

Nous remercions également toutes les femmes et les hommes ayant accepté par notre entremise de se mettre à nu.e.s pour ce film. Mireille DARC ayant eu de graves problèmes de santé peut-être que ceci explique cette découverte fortuite. Nous regrettons toutefois cette méthode. Car un film est toujours un travail d’équipe.

En espérant que si il y a une diffusion en France, nous serons cette fois-ci informé.e.s. Car les « survivantes » qui témoignent à visage découvert méritent le plus grand respect et notre bienveillance quelque soit les circonstances de la vie.


5320761-7940047

Kolda #Sénégal : 117 villages bannissent l’excision, les mariages précoces et forcés

Les communautés de 117 villages répartis dans les arrondissements de Mampatim, Saré Bidji et Dioulacolon, dans le département de Kolda (Sud), ont rejoint dimanche le mouvement national d’abandon de l’excision, a constaté l’agence de presse Sénégalaise.

A travers une déclaration faite à Thiara, dans la commune de Dialambéré, ces communautés se sont engagées, de manière solennelle, à « abandonner définitivement l’excision et les mariages précoces et ou forcés ».

Ces 117 communautés du département de Kolda viennent de fait grossir les rangs des villages ayant adhéré à la promotion des droits des femmes et des jeunes filles, depuis la déclaration pionnière de Malicounda Bambara, dans le département de Mbour, le 31 juillet 1997.

Aujourd’hui, 20 ans après, ils sont 6 338 villages à avoir renoncé aux pratiques traditionnelles, comme l’excision et les mariages forcés.
La déclaration de Thiara a été le fruit d’un long processus impliquant les communautés avec l’encadrement de l’ONG « Tostan » et l’appui de partenaires comme l’UNICEF, l’UNFPA, ORCHID, etc.

Source : http://senego.com/kolda-117-villages-bannissent-lexcision-les-mariages-precoces-et-forces_479437.html


Conseil de l'ONU. Illustration. © REUTERS

Non, l’Arabie saoudite ne peut pas défendre les droits des femmes à l’ONU

L’Arabie saoudite, pays où l’on pratique un islam rigoriste, régi par la charia, vient d’être élue membre de la Commission de la condition de la femme des Nations unies pour une période de quatre ans.

Ainsi, dans un vote secret, le Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC), permet au royaume wahhabite de siéger au sein de cette commission composée de 45 États dont le mandat est de promouvoir les droits des femmes et de veiller à leur autonomie. Pour le Canadien Hillel Neuer, directeur exécutif d’UN Watch, « élire l’Arabie saoudite pour contribuer à la protection des droits des femmes, c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ». Nous partageons cet avis. Cette élection est un véritable scandale, une insulte à l’intelligence !

Pour rappel, la Déclaration universelle des droits de l’Homme a été adoptée en 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies constituée de 58 États membres. Bien qu’à cette époque-là aucun État n’ait eu à se prononcer contre la Déclaration, huit d’entre eux se sont abstenus dont l’Arabie saoudite sous le motif de l’incompatibilité de son régime politique avec le principe d’égalité entre les femmes et les hommes tel que garanti dans la Déclaration. En matière de droits humains, ce même régime a-t-il évolué depuis pour mériter un siège à Commission de la condition de la femme des Nations unies? Sans grand effort, chacune et chacun sont en mesure de constater l’apartheid sexuel institutionnalisé par le royaume des Saoud, faisant fi de tous les textes internationaux en la matière. Certes, nous reconnaissons qu’il y a eu quelques avancées, ici et là, depuis 1948. Trop peu. Trop modestes. N’empêche que les femmes y sont toujours considérées comme des mineures à vie. Sans compter que sur la scène internationale le royaume saoudien est en grande partie responsable de la promotion d’un islam extrémiste, wahabo-salafiste, qui prône le djihad, la haine des mécréants et des juifs, la mise à mort des apostats et des homosexuels ainsi que l’emprisonnement des libres penseurs dont le plus célèbre est Raïf Badawi.

Dans ces conditions, nous ne pouvons accepter que l’Arabie saoudite soit catapultée à une commission dont le mandat principal est de garantir et de promouvoir les droits des femmes dans le monde à moins de fermer les yeux sur la nature-même de son régime. Dans ce contexte, nous nous interrogeons sur le processus qui a conduit à une telle élection. Qui sont les États qui ont voté pour garantir ce fameux siège à l’Arabie saoudite? Qu’ont-ils reçu en échange? A travers une telle complaisance, ces mêmes États réalisent-ils qu’ils bradent les droits humains et mettent en danger notre sécurité collective? Selon UN Watch, au moins cinq États de l’Union européenne (membres de l’ECOSOC) ont permis l’élection du royaume. On apprend que la Belgique en raison d’un cafouillage diplomatique est du nombre. D’ailleurs, son premier ministre regrette le vote de son pays! Mais qui sont les autres États? Est-ce la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, le Royaume-Uni, le Portugal, l’Irlande, la Suède, la République Tchèque? Nous voulons le savoir. Nous exigeons la vérité!

Alors que les femmes subissent de plein fouet les effets néfastes de la crise économique, du délitement des services publics, du virage de plus en plus autoritaire de plusieurs États et de la montée fulgurante des intégrismes religieux et des violences qu’ils charrient, nous estimons qu’il est urgent d’envoyer un message clair. Ceux qui participent à créer ces inégalités et à véhiculer ces violences ne sont pas dignes de notre confiance. Il faut, aujourd’hui plus que jamais, protéger les femmes, rendre accessibles les soins de santé et les droits sexuels et reproductifs, garantir le droit à l’éducation, à la culture et au travail, faire en sorte que les femmes puissent exercer leur citoyenneté à part entière. Nos droits ne sont pas à vendre ! Nos libertés ne sont pas négociables ! Notre dignité n’est pas à brader ! Arrêtez de nous mentir, l’Arabie saoudite n’est pas l’alliée des femmes!

Nous devons être conscients que face à la montée des extrémismes politiques et de la menace des intégrismes religieux, notre responsabilité est de défendre la démocratie et de veiller au respect des droits humains fondamentaux. Dans cette lutte, la politique des États démocratiques ne doit souffrir d’aucune incohérence, d’aucune ambigüité. On ne peut prétendre combattre un Daech sur le front du Moyen-Orient pour normaliser la venue d’un Daech bis au sein des instances onusiennes. La doctrine officielle de l’Arabie saoudite met en péril la paix des nations et la fraternité entre les peuples.

Nous demandons à nos États respectifs, la France, le Québec, le Canada et la Belgique de dénoncer l’élection de l’Arabie saoudite à la Commission de la condition de la femme des Nations unies. Nous exigeons son exclusion ainsi que celle de l’Iran de cette commission, deux pays qui pratiquent des politiques ségrégationnistes à l’endroit des filles et des femmes.

Ceux et celles qui souhaitent soutenir cette initiative sont invité.e.s à signer cette déclaration sous forme de pétition mise en ligne sur change.org. Prière de l’envoyer par courriel aux instances politiques concernées.

Personnalités Signataires

Henda Ayari (Libératrices); Daniel Baril (anthropologue); Djemila Benhabib (écrivaine); Gérard Biard (Charlie Hebdo); Danielle Bousquet (Députée honoraire); Marika Bret (Charlie Hebdo); Sérénade Chafik (Les Dorine); Laure Caille (Libres MarianneS); Martine Cerf (Égale); Geneviève Couraud (Assemblée des femmes); Catherine Coutelle (Présidente de la Délégation de l’Assemblée Nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes); Carine Delahaie (Clara magazine); Monique Dental ( Réseau Féministe Ruptures); Bernice Dubois (Consultante internationale); Nadia el-Mabrouk (professeur UdM); Nadine Fleury (médecin); Marie-Hélène Franjou (médecin); Pierre-Yves Ginet (Femmes ici et ailleurs); Annie Laurence Godefroy (Fédération GAMS-Mutilations sexuelles féminines, Mariages forcés); André Gomar (Observatoire de la laïcité de Saint-Denis), Hassiba Idir (féministe et citoyenne laïque); Lucie Jobin (Mouvement laïque québécois); Ali Kaidi (Association québécoise des Nords-Africains); Patrick Kessel (Comité Laïcité République); Alban Ketelbuters (Doctorant en Histoire et civilisations à l’EHESS); Huguette Klein (Réussir l’égalité Femmes-Hommes); Françoise Laborde (Sénatrice de la Haute-Garonne); Françoise Laborde (Pour les femmes dans les médias ); Fatima Lalem (ancienne adjointe aux droits des femmes de Paris); André Lamoureux (Coalition laïcité Québec); Mona Latif-Ghattas (écrivaine); Christine Le Doaré (VigilantEs), Leïla Lesbet (militante féministe et laïque); Louise Mailloux (essayiste); Laurence Marchand Taillade (Forces Laïques); Françoise Morvan (Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes); Anne-Laure Ner de Parceras (militante féministe et laïque); Alain Piot (Sociologue); Maudy Piot (Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir); Céline Pina (Viv(r)e la République); Nicole Raffin (militante féministe et laïque); David Rand (Libres penseurs athées); Andréa Richard (écrivaine); Jocelyne Robert (écrivaine et sexologue); Michèle Roubinet-Loup (Fédération nationale Solidarité Femmes); Martine Roure (ancienne vice-présidente du parlement européen); Darya Safai (Movement Let Iranian Women Enter their Stadiums); Inna shevchenko (Femen); Sabine Salmon (Femmes solidaires); Michel Sirois (Pour les droits des femmes du Québec ); Annie Sugier (Ligue du droit international des femmes); Vivianne Teitelbaum (Conseil des Femmes francophones de Belgique), Michèle Vianès (Regards de femmes); Michel Virard (Association humanistes du Québec); Linda Weil-Curiel (Commission pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles).

Source : http://www.levif.be/actualite/international/non-l-arabie-saoudite-ne-peut-defendre-les-droits-des-femmes-a-l-onu/article-opinion-655401.html

 


Forum d'échange du 23 mai-2

« L’approche interculturelle de la santé et de l’accompagnement social des femmes immigrées » #23mai #Lille

Dans le cadre des Journées Thématiques Santé de la mairie de Lille, et du projet que mène le Grdr et la RIFEN autour du public des femmes immigrées, nous avons le plaisir de vous inviter à un forum d’échanges réunissant les professionnels de la santé et du social autour de « L’approche interculturelle de la santé et de l’accompagnement social des femmes immigrées », dont vous trouverez le programme ci joint. 
Cette journée d’échanges aura lieu :
Le mardi 23 Mai à la Maison de l’Economie Sociale et Solidaire 
au 235, boulevard Paul Painlevé 59 000 Lille
de 9h30  à 17h00. 
Les objectifs seront d’apporter des éléments de compréhension pour un meilleur accompagnement, d’échanger autour des enjeux de l’accompagnement médico –social des personnes migrantes, notamment d’un point de vue psychologique et de repenser son rapport à l’usager issu d’une culture différente.
La matinée sera consacrée à une réflexion sur la perception que les accompagnants ont des femmes immigrées et à des interventions autour de l’anthropologie de la santé avec des sociologues et des psychiatres . L’après midi sera consacrée à des ateliers thématiques afin d’échanger sur les problématiques et expériences rencontrées et à l’élaboration de recommandations et de comportements à adopter. 
Pour découvrir le programme et vous inscrire cliquez sur le lien suivant : 

 

Les places étant limitées, les personnes travaillant directement en contact avec ce public spécifique seront privilégiées.
 
N’hésitez pas à nous contacter pour toute demande d’informations complémentaires.

 

En espérant vous y rencontrer, nous vous souhaitons une excellente journée.
 
Participation et repas gratuits sur réservation
 
RIFEN Nord Pas de Calais
Tél/Fax : 03 20 05 17 69   |   Tél d’urgence : 06 87 71 67 64
Asso. relais de la Fédération pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles Féminines et Mariages Forcés (GAMS)
Membre du Réseau des Asso. AfroCaribéennes de lutte contre le VIH/SIDA, les Hépatites et autres IST (RAAC)
Plus de détails et d’actus sur notre site internet et notre page Facebook !

13419046_1004595626244851_3486827613404079404_n_1491049247039

Le combat des droits des femmes sur l’eau pour celui des femmes sur terre, par Les férus de voile et moteur

Avec un voilier rénové, Les férus de voile et moteur comptent constituer un équipage féminin sponsorisé, participer aux courses et reverser les gains à la Fédération nationale GAMS.

Présentation du projet

Le projet défend l’égalité homme-femme et permettra de former et de composer un équipage entièrement féminin dans un secteur où les femmes sont hélas sous représentées et marginalisées.

Cet équipage féminin sera la preuve que les femmes ont toutes leur place dans le milieu nautique et qu’il est grand temps de leur en faciliter l’accès.

Leur sponsor monétisera la différence de leur temps de course avec le dernier arrivé. Plus elles seront proche du podium et donc loin du dernier et plus elles remporteront des fonds pour la fédération nationale GAMS.

Pour que leur projet voit le jour et pour que leur équipage ait des chances d’atteindre le podium et de donner plus de visibilité aux femmes dans le milieu nautique, elles ont besoin de votre soutien pour rénover leur voilier et pouvoir l’inscrire aux régates.  Merci d’avance pour votre générosité.

Origine du projet

Les Férus de voile et moteur est une association loi 1901 basée à Palavas Les Flots qui a pour but de faire découvrir et de rassembler ses adhérents autour d’une passion commune « la mer ».

Les membres peuvent ainsi accéder financièrement aux activités nautiques que l’association propose.

Elle a vu le jour il y a 1 an 1/2 et l’association est prête à mener à bien ce projet caritatif et sportif qui lui tient à cœur.

Nom de leur équipage: Des Voiles & Femmes.

Leur slogan: Un combat de femmes sur l’eau pour un combat de femmes sur terre.

Leur parrain: Fabrice Amédéo: Jeune skipper reconnu, au palmarès impressionnant avec comme dernier exploit : 11 eme du Vendée Globe 2016-2017.

Leur sponsor: Il monétisera notre temps de course par rapport au dernier, 

Leurs performances seront donc largement récompensées surtout en cas d’arrivée sur le podium. Les sommes seront reversées au GAMS.

L’association bénéficiaire:La Fédération nationale GAMS

Elle est engagée dans la lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles et plus particulièrement :

  • les mutilations sexuelles féminines
  • les mariages forcés et/ou précoces
  • les autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des filles.
Pourquoi un équipage féminin ?

Le milieu de la mer reste très masculin, les femmes rencontrent des difficultés à intégrer des équipages pour régater ou même naviguer.

A quoi servira l’argent collecté ?

Il leur faut installer des voiles de courses (les leurs sont si vieilles qu’ elles ne tiendraient pas une manche), un chariot pour l’écoute de GV (le leur est cassé), des winchs self-tailing et repeindre la coque.

Pour faire un don, cliquez sur le lien https://www.helloasso.com/associations/les-ferus-de-voile-et-moteur/collectes/renover-notre-voilier


Miriam Makeba

Les féminismes en Afrique – Paris – La Sorbonne – 22 avril

« Le samedi 22 avril, l’ADEAS [Association des Etudiants Africains de la Sorbonne] organise une conférence nommée « Perspectives actuelles sur les féminismes en Afrique ».
Le premier écueil auquel on se voit confronté.e lorsque l’on veut faire une conférence sur le féminisme en Afrique, est celui d’apposer un mot d’une langue étrangère sur une autre réalité. Tout comme l’afro-féminisme, qui justifie son préfixe par le fait qu’être une femme noire suppose une conjoncture de vie parfois en marge de celle d’une femme blanche, l’objet de la lutte « des féminismes » en Afrique, n’est pas obligatoirement celle des féminismes en Europe. Bien sûr, il est impossible de nier que sur bien des points, ils se rejoignent.
Les féminismes d’Europe et d’Afrique ont-ils les mêmes vocations, les mêmes finalités ? Quels sont les points de divergence et de convergence ?
De plus, être une femme en Europe et être une femme en Afrique ne veut pas exactement dire la même chose. Cette différence ne se joue pas sur le point de vue physique, biologique évidemment, mais plutôt sur le rôle que va prendre une femme sur la scène du social.
La question qui se pose alors est comment se vit-on en tant que féministe dans un tel contexte ? Quelles vont être les luttes ? A quoi ressemblent les féminismes en Afrique ?
Le but de la conférence sera donc d’ouvrir une discussion sur différents enjeux propres à l’Afrique qui se manifestent dans les luttes féministes sur le continent : les droits des femmes, l’écologie, l’homosexualité, les violences sexuelles, ou encore la religion. »

Intervenantes :
Sabreen Al’Rassace : africaine panafricaniste, réalisatrice, travaille sur les discriminations basées sur le sexe et ou le genre : femmes (excision et mariages forcés) et LGBT (lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenres)
Karima Djennane : doctorante à Paris 4, travaille sur le féminisme musulman aux Etats Unis et en Afrique
Christine Beynis : présidente de 2010 à 2015 du Groupe pour l’abolition des mutilations sexuelles féminines et des mariages forcés (GAMS), qui lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes, aux adolescentes et aux fillettes.

L’entrée est gratuite, il suffit de s’inscrire en cliquant sur le lien suivant :
https://tickasso.com/e/perspectivesactuellessurlesfminismesenafrique93

Rendez vous à 14h dans l’amphi Descartes, 17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS



999798-excision_affiche-lq
Crédits Photographiques Liza MOURA

Vidéos «L’excision en Egypte aujourd’hui » – Conférence Sérénade Chafik pour le #GAMS – #4février2017

Aujourd’hui, en Egypte, 94% des fillettes et des femmes sont excisées soit 3600 fillettes par jour.
Intervention lors de la journée international pour l’abolition de la mutilation génitale féminine du 04 février 2017 dans le cadre de la Conférence du GAMS.

Source

Vidéos «L’excision en Egypte aujourd’hui » – Conférence Sérénade Chafik/GAMS


6799026_689ad3af0faf0fa286787cd63269ee671376f240_1000x625

L’excision, cauchemar des fillettes en Indonésie – Attention ! Certaines images peuvent choquer !

Une fillette indonésienne préparée pour l'excision à Gotontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYOUne fillette indonésienne préparée pour l’excision à Gotontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYO

La petite Salsa Djafar porte une couronne en or, un ruban et une robe pourpre pour une fête de famille particulière: la célébration de son excision, dans une région isolée d’Indonésie. Mais pour cette fillette d’un an et demi, comme pour d’autres, c’est un cauchemar.

Dans une modeste maison dans la province de Gorontalo (centre), une guérisseuse recouvre le bébé d’un drap blanc puis passe sa tête en dessous, un petit couteau à la main.

Soudain, elle coupe le capuchon qui recouvre le clitoris de la fillette, ainsi que les petites lèvres, faisant aussitôt hurler l’enfant.

La guérisseuse prend ensuite les petits morceaux coupés et les plante dans un citron avec son couteau. Ce geste marque la fin d’un rite censé débarrasser la petite Salsa des péchés et signaler qu’elle est officiellement musulmane.

« C’est dur de la voir crier comme ça, mais c’est la tradition », dit à l’AFP le père du bébé, Arjun Djafar, un ouvrier de 23 ans, lors de cette cérémonie sur fond de musique locale, un rituel qui se fête en famille.

Les mutations génitales féminines (MGF) – expression médicale qui désigne l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes d’une femme – sont pratiquées depuis des générations en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde.

Un guérisseuse pratique l'excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017 -AFP/BAY ISMOYOUn guérisseuse pratique l’excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017 -AFP/BAY ISMOYO

Pour de nombreuses familles, c’est un rite obligatoire. Mais les méthodes ancestrales sont dénoncées avec force par les opposants, qui exigent leur interdiction.

Le gouvernement indonésien a souvent changé d’avis sur les méthodes d’excision à adopter ou non, créant de la confusion. Un temps, il a essayé d’interdire l’excision, condamnée par les Nations Unies, mais la forte résistance opposée par les autorités religieuses de cet archipel d’Asie du Sud-Est où l’islam joue un rôle important rendent un tel bannissement impossible. Il essaie désormais plutôt de convaincre de cesser cette pratique, considérée au niveau international comme une violation des droits fondamentaux des filles.

– Opposition croissante –

Nulle part ailleurs dans le pays l’excision n’est aussi populaire qu’à Gorontalo, région très conservatrice. La province affiche le taux le plus élevé d’ablations d’organes génitaux. A Gorontalo, plus de 80% des filles âgées de moins de 11 ans ont subi des mutations génitales, contre 50% environ à l’échelle de ce pays de 255 millions d’habitants, selon une enquête gouvernementale.

Malgré les souffrances causées par ces ablations et l’opposition croissante dans le pays, les habitants de la province, peuplée pour l’essentiel de paysans pauvres, considèrent l’excision comme une obligation.

Une fillette indonésienne chez une guérisseuse qui pratique l'excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYOUne fillette indonésienne chez une guérisseuse qui pratique l’excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYO

Pour la guérisseuse traditionnelle Khadijah Ibrahim, qui a pris la succession à Gorontalo de sa mère décédée il y a quelques années, les filles qui ne sont pas excisées risquent d’être atteintes de « problèmes mentaux et handicaps ».

Des dirigeants locaux estiment, eux, que cette pratique évite plus tard aux filles de céder aux moeurs légères.

Et les habitants sont nombreux à penser que les musulmanes n’ayant pas subi de mutations génitales ne seront pas acceptées par Dieu.

L’excision n’est pas seulement une pratique courante dans les régions isolées de l’archipel, elle l’est aussi à Jakarta. Mais dans la capitale indonésienne, la procédure se limite à un geste symbolique: une personne pique une aiguille dans le clitoris de la fillette, évitant ainsi les douleurs liées à une ablation.

– ‘Procédures néfastes’ –

Les Nations Unies ont déjà adopté deux résolutions encourageant à renoncer à ces pratiques d’un autre âge. L’ONU considère les MGF comme des « procédures néfastes aux parties génitales féminines sans raison médicale ». Non seulement elles n’ont aucun avantage pour la santé, mais peuvent au contraire créer beaucoup de problèmes comme l’infertilité et un risque accru de complications à la naissance d’un enfant, souligne l’ONU.

Une guérisseuse indonésienne montre un couteau avec lequel elle pratique l'excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYOUne guérisseuse indonésienne montre un couteau avec lequel elle pratique l’excision à Gorontalo, en Indonésie, le 20 février 2017-AFP/BAY ISMOYO

En Indonésie, les débats autour de l’excision ont pris de l’ampleur ces dernières années. Même certaines organisations musulmanes sont désormais contre, telle Muhammadiayh, la deuxième du pays, qui dissuade ses partisans de recourir à cette pratique.

Un avis partagé par Khorirah Ali, une membre de la commission nationale contre la violence faite aux femmes: « Je pense que dans ma religion il n’y a aucun verset qui autorise l’excision féminine, ce n’est pas dans le Coran », a-t-elle déclaré à l’AFP

Mais la plus importante organisation musulmane indonésienne, Nahdlatul Ulama, et le Conseil des oulémas, la plus haute instance religieuse du pays, restent eux favorables à l’excision.

Malgré les oppositions, la fin de l’excision a peu de chance d’arriver en Indonésie, dit à l’AFP Jurnalis Uddin, expert en mutations génitales féminines. « Vouloir se débarrasser totalement de cette pratique, c’est comme nager contre le courant ».

Source : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l-excision-cauchemar-des-fillettes-en-indonesie_111622