Une exciseuse a été condamnée, mardi, 22 décembre 2015, Siguiri, à deux (2) ans de prison avec sursis et au payement d’une amende de trois cent mille francs guinéens (300.000GNF), pour avoir excisé sa fille. Une décision de la Justice de Paix de la préfecture, sous la présidence du juge, Abdoulaye Conté.

La lutte enclenchée contre les Mutilations Génitales Féminines et Excision (MGF/E) commence à faire des résultats au plan juridique à travers cette décision.

Odette Kamono a commis ce forfait, jeudi, 17 décembre 2015, avant d’être rattrapée et jugée, mardi, 22 décembre, soit six (6) jours après l’acte.

Agé de 35 ans, originaire de la préfecture de Gueckédou, vivant depuis sept (7) ans dans la préfecture de Siguiri, Odette Kamano a récidivé dans l’excision en dépit de son interdiction formelle en Guinée.

Jeudi, 17 décembre, après avoir excisé sa propre fille, âgée de sept (7) ans, Odette Kamano a tenté d’exciser une fille d’autrui sans même se référer aux parents de cette dernière.

Choqués par cet acte et bien d’autres, ces derniers ont porté plainte contre elle à la Compagnie de la Gendarmerie de Siguiri.

A la lumière des enquêtes, la récidiviste a été aussitôt déférée en justice.

Pour de nombreux observateurs, il s’agit d’un signal fort pour les exciseuses qui tardent à déposer les couteaux, et un mérite pour la Coordination Préfectorale de la Protection de l’Enfance (CPPE), présidé par le secrétaire général chargé des Collectivités Décentralisées de la préfecture de Siguiri, Sirman Kourouma.

Malgré, son caractère allégé, cette décision de justice soulage l’Association des Amis pour la Solidarité Sociale et le Développement (AASSD), ses partenaires sectoriels locaux, ainsi que et le chef de Section chargé de l’Enfance, Ibrahima 2 Camara.

Par Cheikh Dieye –

déc 29, 2015

AGP

Source : Flash Guinée