Le GAMS a le plaisir de vous présenter le travail d’une collégienne prénommée Rovincia N’Goran, qui a décidé de mener un exposé sur l’excision.

Veuillez nous excuser pour la qualité moindre de la vidéo, nous n’avons pas pu améliorer la bande sonore.

Nous sommes ravi.e.s que cette thématique soit choisie par une jeune fille et souhaitons ainsi relayer sa parole. Nous la félicitons grandement et la remercions.

 PS : lorsqu’elle dit que l’excision était pratiquée pour traiter des “maladies” comme l’homosexualité et la nymphomanie, jusque dans les années 30, en Europe, il faut bien évidemment replacer les choses dans leur contexte. Nous sommes bien d’accord que nous ne considérons absolument pas l’homosexualité et la nymphomanie comme des maladies. Seulement, le clitoris a souvent été considéré comme un élément diabolique, la cause de ce qu’ils estimaient être des “déviances sexuelles” par rapport à une norme établie ; c’est pourquoi on pensait qu’exciser éliminerait le “problème”.