Les mutilations sexuelles féminines (MSF) et la santé des femmes et des filles

Que sont les mutilations sexuelles féminines?

La vulve d’une femme non mutilée :
La vulve est bordée de chaque côté par les grandes lèvres en dedans desquelles se trouvent les petites lèvres. Vers l’avant, les petites lèvres se dédoublent pour constituer le capuchon du clitoris qui recouvre cet organe.
En arrière du clitoris, on peut voir le méat urinaire et l’orifice vaginal. Toute cette région est très innervée et très vascularisée. Elle est de ce fait très sensible et peut saigner beaucoup.

L’excision :

C’est l’ablation d’une partie plus ou moins importante du clitoris et des petites lèvres.
excision

L’infibulation :

C’est une excision complétée par l’ablation des grandes lèvres dont les deux moignons sont suturés bord à bord. La vulve est remplacée par une cicatrice fibreuse, l’ouverture vaginale disparaît pour laisser la place à un minuscule orifice.
infibulation

  • Elles sont nombreuses et graves, parfois mortelles.

    1. Les conséquences immédiates

    La vulve est une région du corps très vascularisée et très innervée, particulièrement au niveau du clitoris.

    La section du clitoris et des petites lèvres entraîne une douleur très intense, intolérable, accompagnée de peur, d’angoisse et parfois d’un grave état de choc.

    Un saignement éventuellement hémorragique peut entraîner la mort.

    L’émission d’urines sur la plaie occasionne des brûlures et parfois une rétention d’urines réflexe.

    2. Les conséquences ultérieures

    Pratiquées dans des conditions d’hygiène souvent précaires, l’excision et l’infibulation sont à l’origine d’infections multiples, vulvaires, urinaires et gynécologiques, ces dernières pouvant entraîner une stérilité.

    La diffusion des infections peut s’étendre et générer des septicémies qui, sans traitement adéquat, peuvent évoluer vers la mort. On peut également évoquer le tétanos et le SIDA.

    Excision et Infibulation occasionnent des complications obstétricales. Sans aide appropriée, la femme infibulée et l’enfant qu’elle porte sont menacés de mort au moment de l’accouchement. Des soins attentifs ne permettent pas toujours de prévenir les déchirures du périnée, très fréquentes chez les femmes excisées. Malgré les épisiotomies, les femmes excisées ont des déchirures périnéales trois fois plus fréquentes que les autres à leur premier accouchement et encore plus par la suite…

    Plusieurs études africaines rapportent des souffrances fœtales plus nombreuses chez les enfants nés de femmes mutilées.

    Le gland clitoridien est la partie la plus sensible des organes génitaux externes de la femme. On y retrouve les corpuscules tactiles spécifiques de Krause-Finger dits de la volupté. Ils n’existent nulle part ailleurs et la blessure ou l’ablation partielle ou totale du clitoris entraînent inévitablement une altération de la sensibilité sexuelle.

    Il existe bien d’autres complications des mutilations sexuelles féminines. On citera encore : les fistules vésico-vaginales ou recto-vaginales : un accouchement qui dure trop longtemps chez une femme, a fortiori mutilée, peut entraîner la nécrose (mort) des tissus séparant la vessie ou le rectum du vagin. Un passage sera ainsi créé entre la vessie et le vagin ou entre le rectum et le vagin. La jeune femme ne pourra plus retenir ses urines ni ses selles qu’elle perdra en permanence. On peut réparer de telles fistules en milieu chirurgical. Mais, en Afrique, il n’est pas toujours possible à une villageoise d’accéder à un hôpital, de surcroît à un service spécialisé. Devenue incontinente, la jeune femme sera progressivement mise à l’écart par sa famille et par son village. Elle tentera parfois de se suicider.

    De nombreux auteurs rapportent des complications psychiatriques, des angoisses, et notamment des dépressions.

  • Qui pratique les mutilations sexuelles féminines ?

    Ce sont le plus souvent des femmes âgées qui pratiquent les mutilations sexuelles féminines.

    Elles n’ont d’autre savoir que celui transmis par leurs mères et utilisent pour l’intervention des instruments aussi divers que des couteaux, des lames de rasoir, des morceaux de verre…

    Pour favoriser la cicatrisation, elles appliquent sur la blessure des compositions à base d’herbes, de terre, de cendre, de bouse de vache…

    Dans les pays occidentaux, les parents se cotisaient pour faire venir d’Afrique l’exciseuse.

    En France, les poursuites engagées à l’encontre des exciseuses ont rendu l’intervention plus onéreuse et les fillettes sont de plus en plus souvent mutilées en Afrique, voir en Europe, à l’occasion d’un séjour de vacances.

  • A quel âge les mutilations sexuelles féminines sont-elles pratiquées?

    Les mutilations sexuelles féminines sont effectuées à tout âge : à la naissance, pendant la petite enfance, à l’adolescence, juste avant le mariage ou après la naissance du premier enfant. Cela dépend de l’ethnie considérée et varie pour une même ethnie d’une génération à une autre.

    Des facteurs extérieurs peuvent influencer les décisions prises pour l’intervention.

    Ainsi en France peut-on craindre parfois que l’interdit légal mal compris ne fasse que retarder le moment de la mutilation.

  • Où observe-t-on les mutilations sexuelles féminines ?

    Les mutilations sexuelles féminines existent au moins dans 25 pays d’Afrique:

    •  l’excision est observée au Bénin, au Burkina Faso, au Cameroun, en République Centrafricaine, en Côte d’Ivoire, en Gambie, au nord du Ghana, en Guinée, en Guinée Bissau, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Nigeria, en Ouganda, au Sénégal, en Sierra Leone, en Tanzanie, au Togo, au Tchad.
    • l’infibulation est pratiquée à Djibouti, en Egypte, dans quelques régions d’Ethiopie, au Mali, en Somalie, dans le nord du Soudan.
      Dans ces pays, toutes les ethnies ne pratiquent pas les mutilations sexuelles féminines et dans une ethnie donnée, il y a aussi des variations. Le pourcentage des femmes et des fillettes est très variable.

    On peut toutefois estimer qu’il y a plus de cent trente millions de femmes et de fillettes victimes de ces pratiques pour le seul continent africain, ce qui correspond à environ un tiers de la population féminine de l’Afrique. Trois millions de nouvelles victimes par an.

    En dehors du continent africain : l’excision existe en Indonésie, en Malaisie et au Yémen ; partiellement au Moyen-Orient, dont le Kurdistan Irakien.

    On retrouve les mutilations sexuelles féminines dans les pays occidentaux chez les femmes et fillettes immigrées des sociétés concernées : en Europe et aussi au Canada, aux Etats-Unis, en Australie …

    En France :

    Des personnes appartenant aux sociétés pratiquant les mutilations sexuelles féminines vivent en France.

    Les familles en provenance du Sénégal, du Mali, de Côte d’Ivoire et de Mauritanie sont les plus nombreuses.

    Mais il y a aussi des représentants du Bénin, d’Egypte, d’Ethiopie, de Gambie, du Ghana, de Guinée-Conakry, du Nigeria, de Sierra Leone, de Somalie, du Soudan, du Tchad, du Togo… Et pour l’Asie, sont également présentes en France des populations Indiennes (secte Borah) et Indonésienne. Pour les Kurdes d’Irak, rien à ce jour ne permet de dire qu’ils ont « exporté » la pratique, en dehors de leur région d’origine ou que d’autres communautés Kurdes soient concernées.

    Les trois quarts vivent en Ile-de-France, les autres sont domiciliés pour la plupart dans les départements de Seine-Maritime, de la Marne, de l’Eure, du Nord, du Rhône, des Bouches-du-Rhône, où sont implantées les Délégations Régionales de la Fédération Nationale GAMS et ses associations-relais.

    Pour en savoir plus, Cf. Infra Ressources documentaires MSF, Données épidémiologiques en France.

  • La médicalisation des mutilations sexuelles féminines : qu’en penser?

    Compte tenu de la gravité et de la multiplicité des complications médicales des mutilations sexuelles féminines, certains ont proposé de faire l’intervention en milieu médical. L’anesthésie éviterait la douleur de l’intervention, les meilleures conditions d’hygiène préviendraient les infections, la vigilance des personnels de santé les hémorragies.

    Malheureusement, la mutilation ne serait pas évitée et la médecine n’a pas pour fonction de mutiler des individus, de surcroît des enfants.

    L’organisation Mondiale de la Santé -OMS.- dénonce la médicalisation des pratiques mutilatoires, car elle leur donne un caractère officiel. C’est un moyen redoutable pour assurer leur maintien.

    Le Comité Inter-Africain exprime la même position et préconise des poursuites contre les professionnels de santé qui accepteraient de mutiler des fillettes.

    Le Conseil français de l’Ordre des médecins interrogé à ce sujet n’a pu que rappeler la teneur du code de déontologie :

     » Aucune intervention mutilante ne peut être pratiquée sans motif médical très sérieux…  » (Art/41, Décret n°95-1000 du 6 septembre 1995 portant sur le code de déontologie médicale).

    La seule prévention médicale envisageable est bien évidemment d’informer les familles de la dangerosité des pratiques mutilatoires.
    Médicalisation et réinfibulation, le cas particulier des femmes infibulées.
    Dans le cas de l’infibulation, il ne reste rien de la vulve qui est remplacée par une cicatrice fibreuse dure où on ne retrouve qu’un minuscule orifice destiné à l’écoulement des urines et du sang des règles.

    L’ouverture est si étroite qu’elle ne permet pas un rapport sexuel. Au pays d’origine, le mari ouvre sa femme avec un instrument coupant le jour du mariage. Dans les cas les plus heureux, une incision de la cicatrice est faite à l’hôpital. Dans d’autres cas, le mari déchire progressivement sa femme et un rapport complet n’est possible qu’après des mois de tentatives infructueuses.

    En Occident, il n’est pas rare de voir consulter en maternité une femme enceinte qui n’a jamais été pénétrée. Le sperme du partenaire, déposé sur la cicatrice, a pu la féconder au travers de l’orifice existant. Pour que l’accouchement puisse se faire, on incise la cicatrice afin que l’enfant puisse passer. Après l’accouchement, le couple et/ou la famille demandera parfois, comme cela se fait au pays d’origine que la femme soit  » recousue aux dimensions du mari « Il s’agit en fait de réinfibuler la femme et cette intervention est une nouvelle mutilation, interdite comme les autres par la loi. Aller au-devant de la demande de réinfibulation pendant la grossesse donne le temps d’expliquer au couple l’interdit légal des mutilations sexuelles féminines ainsi que les raisons qui le sous-tendent. On peut ensuite évoquer la reconstruction d’une vulve avec les moignons des grandes lèvres.

    Enfin, on propose dorénavant en France des possibilités de prise en charge médicale, chirurgicale et sexuelle, avec des équipes pluridisciplinaires, pour les victimes des mutilations sexuelles féminines. Pour les femmes majeures, une clitoridoplastie avec libération du clitoris (technique mise au point par le Dr Pierre Foldès) peut éventuellement être proposée. L’opération remboursée depuis 2003 par l’assurance maladie, est pratiquée dans une quinzaine d’hôpitaux, en Ile-de-France et en région (Haute-Normandie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes, Pays-de-Loire, Centre, Poitou-Charente).