Article publié par Africa News le 18/03/2021.

Un tribunal kényan confirme l’interdiction des Mutilations Génitales Féminines (MGF).

La Haute Cour du Kenya a confirmé l’interdiction de cette pratique qui avait pourtant été rendue illégale par le Kenya en 2011.

La décision de la cour est intervenue après que Tatu Kamau, une professionnelle de la santé, ait contesté la légalité de cette interdiction de la loi sur les Mutilations Génitales Féminines de 2011.

Ses efforts pour légaliser la pratique ancestrale ont été rejetés par les juges de la haute Cour qui ont jugé sa requête « dépourvue de mérite ».

“D’après les preuves médicales et anecdotiques présentées par les défendeurs, nous estimons que la limitation de ce rite est raisonnable dans une société ouverte et démocratique fondée sur la dignité des femmes. Telle est notre décision. “ a déclaré madame Lydia Achode, juge principal de la Haute Cour du Kenya.

Bien que les MGF soient passibles d’une amende de 2 000 dollars américains et de trois ans d’emprisonnement au Kenya, certaines communautés les considèrent toujours comme un rite de passage.

“Le verdict d’aujourd’hui est vraiment synonyme d’un bon jour pour les droits des femmes au Kenya”, a déclaré Felister Gitongam un responsable de programme de l’organisation Equality Now.

Elle a ajouté à Africanews que le jugement “crée un précédent en termes de droits pour les filles d’exister dans un contexte culturel positif et aussi pour la protection contre les pratiques nuisibles”.

Tatu Kamau, pétitionnaire en faveur des mutilations génitales féminines a quant à elle, regretté que “les droits des femmes se sont mêlés à ceux d’un enfant.”

Malgré les efforts du gouvernement kényan pour mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines, les communautés autochtones et nomades pastorales kényanes peinent à adhérer aux alternatives proposées le plus souvent pas des Organisation Non Gouvernementales sur place, pour marquer le passage des jeunes filles au statut de femmes.

Décrite comme une violation des droits fondamentaux des filles et des femmes par l’Organisation mondiale de la santé, il n’en demeure pas moins que près de 200 millions de femmes dans le monde ont été excisées dans une trentaine de pays, principalement en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.