Ouest-France | Publié le 

Pour cette 3e édition du prix Liberté, des lycées d’Argentan et de Caen ont associé leurs savoir-faire pour réaliser une œuvre commune, qui a été dévoilée ce lundi 31 mai 2021. Elle sera remise à la lauréate en septembre, lors du forum mondial Normandie pour la paix.

 

 

Bertrand Deniaud, vice-président de la Région Normandie, chargé des lycées et de l’éducation, contemple le trophée Liberté 2021, que lui ont remis Carlos et Louis, représentants les lycéens de Laplace en BTS développement réalisation bois.Bertrand Deniaud, vice-président de la Région Normandie, chargé des lycées et de l’éducation, contemple le trophée Liberté 2021, que lui ont remis Carlos et Louis, représentants les lycéens de Laplace en BTS développement réalisation bois. | OUEST-FRANCE

Le vice-président de la Région Normandie, Bertrand Deniaud, a découvert ce lundi 31 mai 2021 une œuvre unique, conçue par les lycéens de Mézeray-Gabriel d’Argentan, dans l’Orne, en 1re en sciences et technologies du design et des arts appliqués et les étudiants en BTS développement réalisation bois, du lycée Laplace de Caen. C’est la première fois que le trophée Liberté associe les connaissances numériques et le travail du bois de deux lycées.

Le Prix Liberté a pour but de rendre hommage mais également de sensibiliser le jeune public aux combats de celles et ceux qui défendent la liberté et la paix dans le monde. Il a été créé par la Région Normandie en association avec l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix, les autorités académiques de Normandie et le réseau Canopé.

 

Une pièce d’exception en palissandre

 

« La restitution du trophée a nécessité près de 160 heures de travail , confient Carlos et Louis, étudiants à Laplace. Nous avons réalisé une pièce d’exception, en bois de palissandre de Santos (Brésil), un bois rare et précieux, avec nos collègues. » En partant de la planche, les travailleurs du bois ont réalisé un cube, qui une fois sculpté symbolise un arbre de la paix, avec à sa cime le mot Liberté. « 60 heures de tests et 40 heures d’usinage ont été nécessaires. C’est une pièce très complexe » , rajoute Carlos. La programmation de la machine a demandé quelque 1 800 000 lignes de codes, une première pour l’établissement. Mais avant de lancer la production définitive, les étudiants ont fait des essais sur un bois « beaucoup moins noble » . Au final, deux pièces d’exception ont été créées. L’une sera transmise au président de Région.

La seconde sera attribuée à la rappeuse afghane Sonita Alizadeh, née sous le régime taliban, pour son combat contre le mariage forcé des jeunes filles en Afghanistan. Aujourd’hui réfugiée aux États-Unis, elle étudie les droits de l’Homme pour devenir avocate et défendre les enfants et les femmes afghanes.

Le trophée Prix Liberté ainsi qu’un chèque de 25 000 € lui seront décernés lors d’une cérémonie jeudi 30 septembre 2021 à l’Abbaye aux Dames à Caen dans le cadre du Forum Normandie pour la Paix.