Aujourd’hui, il s’agit de l’histoire de B., âgée aujourd’hui de 27 ans. Elle est originaire du Centre-Ouest du Sénégal et d’ethnie Peul.

Elle a subi durant l’enfance une excision, et la cicatrice est extrêmement douloureuse, même sans rapport sexuel.

Il y a deux ans sa famille l’a mariée de force à un homme plus âgé. Dés le premier soir, celui-ci l’a battue, car elle se refusait aux rapports sexuels. Cependant, elle a réussi à s’enfuir quelques jours plus tard.

De retour chez ses parents, “son mari” a exigé qu’on lui rembourse la dot, “le prix de la mariée”. Mais celle-ci avait déjà été dépensée. Alors elle a vendue toutes ses économies et son petit commerce.

Arrivée en France, elle a demandé l’asile à la France ; l’OFPRA (Office Français pour les Réfugiés et les Apatrides) a refusé. Mais grâce entre autres à notre intervention, la CNDA (Cour Nationale du Droit d’Asile) vient de lui accorder la pleine reconnaissance comme réfugiée conventionnelle (anciennement asile politique). Et pour la petite histoire, son avocat était un homme africain !

Voilà  le parcours des femmes que nous recevons et accompagnons au GAMS !