Au Royaume-Uni, une première condamnation pour mariage forcé

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.22″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.25″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »4.9.7″ hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Par Le Monde | Le 11 juin 2015

C’est une première au Royaume-Uni. Un homme d’affaires gallois de 34 ans a été condamné pour mariage forcé, rapporte The Independent. Il purgera une peine de seize ans de prison, mais le verdict complet est le suivant : seize ans pour viol, quatre ans pour mariage forcé, douze mois pour bigamie et douze autres mois pour voyeurisme. Les peines seront exécutées en même temps et ne s’additionnent pas.

Cet homme est donc le premier à être condamné depuis l’entrée en vigueur d’une nouvelle législation sur le mariage forcé en juin 2014. Nommée « Anti-social Behaviour, Crime and Policing Act 2014 », la loi prévoit jusqu’à sept ans d’emprisonnement pour la personne reconnue coupable de mariage forcé.

Déjà marié à une autre femme, l’homme a reconnu les faits au deuxième jour de son procès. Après avoir attiré chez lui la jeune femme de 25 ans, musulmane et vierge, il l’avait attachée et violée, avait jeté son téléphone portable et menacé de tuer ses parents si elle ne l’épousait pas. Lui-même musulman, l’homme d’affaires a été qualifié par le juge d’homme « arrogant, manipulateur et retors ».

Si la loi contre le mariage forcé n’a été promulguée que l’an dernier, il existait déjà dans le pays la Forced Marriage Unit (FMU), créée en 2005 pour venir en aide aux victimes de cette pratique et à l’étranger pour les ressortissants britanniques.En 2013, la FMU avait recensé 1 302 mariages forcés au Royaume-Uni. Dans 82 % des cas, il s’agissait de femmes. Le graphique ci-dessous illustre les principales nationalités des victimes. La majorité d’entre elles vient du Pakistan (47,1 %).

En marge du verdict, Iwan Jenkins, en charge de l’unité viol et infractions sexuelles graves du « Crown Prosecution Service » gallois (organe non ministériel qui s’occupe des poursuites judiciaires), a voulu retenir l’impact que pourrait avoir cette première condamnation pour mariage forcé. « Le mariage forcé brise des vies et détruit des familles, a-t-il déclaré. Nous espérons que le verdict prononcé enverra un message fort pour dire que le mariage forcé n’est pas toléré dans la Grande-Bretagne d’aujourd’hui. » En France, le mariage forcé est passible de trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.