Au Soudan, l’excision est considérée comme un crime

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.22″][et_pb_row column_structure= »1_2,1_2″ admin_label= »row » _builder_version= »4.0.9″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »4.9.4″]

Soudan

[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »1_2″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text _builder_version= »4.9.4″ hover_enabled= »0″ custom_padding= »||0px||| » sticky_enabled= »0″]

D’après un article de RFI, l’excision est désormais considérée comme un crime au Soudan.

 

En effet, les autorités de transition ont adopté le 22 avril 2020 l’amendement de l’article 141 du Code pénal qualifiant de crime les mutilations sexuelles féminines. Elles sont désormais punies de trois ans de prison et d’une amende. Cela vaut aussi pour les mutilations sexuelles féminines dites « médicalisées« , c’est-à-dire pratiquées dans un établissement médical.

Cette décision est saluée par l’Unicef et par l’ONU, laquelle estime que neuf Soudanaises sur dix sont victimes des mutilations sexuelles féminines.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.