Excision "à vendre", des échoppes pratiquant des mutilations sexuelles féminines découvertes au Caire

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Un reporter de la chaîne Youm7 a révélé l’existence de boutiques dans le quartier commerçant du Caire, où des jeunes filles de milieux ruraux sont emmenées pour y subir une excision. Là, une miyazen mutile des jeunes filles en seulement quelques minutes pour 50 livres égyptiennes, soient un peu plus de 6 euros.

En Egypte, les mutilations sexuelles ont été criminalisées en 2008. Malgré l’existence de cette loi, le Ministre de la Santé Adel Adawy révèle que 92% des femmes mariées sont concernées. Ce taux masque de grandes inégalités entre les villes, où il est de 8%, et les zones rurales, où il atteint les 95%. Pourtant également interdite par l’Islam, il est communément admis que cette pratique est un impératif religieux.

La condamnation d’un médecin et du père d’une victime d’excision en janvier 2014, après la mort de la jeune fille, reste de l’ordre de l’exception.

Traduction : Pauline ARRIGHI

Texte intégral en anglais : Cairo Post

3 réponses sur « Excision "à vendre", des échoppes pratiquant des mutilations sexuelles féminines découvertes au Caire »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.