J’ai été excisée : à l’adolescence, je me sentais inférieure aux autres femmes

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[et_pb_section admin_label= »section »]
[et_pb_row admin_label= »row »]
[et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text »]LE PLUS. « 125 millions de femmes ont été victimes de mutilations et 30 millions de filles risquent d’en être au cours des 10 prochaines années », c’est le bilan horrifiant que faisait l’Unicef en 2015. La chanteuse malienne Inna Modja, elle même victime d’excision lorsqu’elle était enfant, se bat aujourd’hui pour que cette pratique disparaisse. Témoignage à lire et à écouter en partenariat avec l’émission « 28 minutes » d’Arte.

Édité par Barbara Krief

Je savais que j’étais excisée mais je ne savais pas vraiment ce que ça voulait dire parce que je ne connaissais pas bien mon corps. Avec le temps, à l’adolescence, j’ai commencé à prendre vraiment conscience de ce que ça voulait dire.

Ça voulait dire que je n’étais pas complète, que je n’étais pas une femme à 100%, que j’étais différente des autres et que j’étais moins bien. J’avais une image de moi-même qui n’était pas très positive à cause de ça.

Je parle de l’excision sans gêne parce que je milite depuis 10 ans contre l’excision dont j’ai été victime et mes sœurs également. On est cinq filles et deux garçons dans ma famille et les cinq filles ont été à chaque fois excisées.

Il faut éduquer les gens, pas les pointer du doigt

Faire changer les mentalités est une des choses les plus difficiles parce que c’est lié à des croyances tellement fortes. Il y a le Mali mais ce n’est pas qu’une question de religion. La preuve : les coptes en Egypte excisent également.

Je pense que la façon de faire, c’est pas forcément de pointer les gens du doigt en les accusant de commettre quelque chose d’horrible. C’est leur faire prendre conscience des dangers. C’est de l’éducation, la prévention. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Un témoignage publié en partenariat avec l’émission « 28 minutes » d’Arte.

Source Le Plus Nouvel Obs[/et_pb_text][/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]

2 réponses sur « J’ai été excisée : à l’adolescence, je me sentais inférieure aux autres femmes »

Pour Aujourd Hui En Afrique Dans Certains Villages L Excision Existe Encore, En Disant Que L Excision Des Filles Fait Parti De Leurs Coutumes Et Ils Ne Doivent Pas Laisser La Coutume, En Ville Aujourd Hui L Excision N Existe Pas, Ici Je Donne Le Cas De La RDC. En Conclusion Je N Encourage Pas Cette Pratique Car C Contre La Loi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.