L’excision serait pratiquée au Sri-Lanka

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.22″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.25″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.27.4″]

Par Stopfgmmideast.org | Article actualisé en 2015

Au Sri Lanka, jusqu’à 90 % des femmes musulmanes seraient peut-être soumises aux mutilations sexuelles féminines. Certaines doivent même présenter un certificat attestant qu’elles sont excisées avant de se marier.

Les mutilations sexuelles féminines seraient donc très répandues, mais strictement taboues au Sri Lanka . Parmi les communautés musulmanes, qui représentent moins de 8 % de la population, l’excision serait considérée comme obligatoire. Selon un article par IPS News, des études à petite échelle et des preuves anecdotiques affirment que 90% ou plus des filles subissent le rituel le 40e jour après la naissance.

Habituellement, les MSF sont effectuées par une opératrice traditionnelle “Osthi Mami”, ou une femme âgée qui est également responsable d’autres rituels comme le rasage de la tête des bébés . Elle touche le gland du clitoris avec la lame d’un couteau, le coupe partiellement ou en totalité.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.