À Niamina, en Gambie, des exciseuses renoncent volontairement à leurs pratiques

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.22″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.25″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.25″ custom_padding= »||| » custom_padding__hover= »||| »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »4.9.4″ hover_enabled= »0″ sticky_enabled= »0″]

Traduction : Pauline ARRIGHI

Source : All Africa

Dans l’Anti-FGM Newsletter : September/October, d’Egalité Maintenant

Logo du Comité inter africain

L’organisation de lutte pour les droits des femmes GAMCOTRAP (section Gambienne du Comité inter-Africain a mené une campagne de sensibilisation fructueuses auprès de communautés du district de Niamina. Ces communautés sont à présent déterminées à éradiquer les mutilations sexuelles féminines, pourtant profondément ancrées dans leurs traditions.

Le Dr Isatou Touray, directrice de GAMCOTRAP, explique que cette démarche a été rendue possible par le partenariat entre GAMCOTRAP et l’UNFPA, le Fonds des Nations Unies pour la Population. Ce programme a permis à une trentaine d’exciseuses volontaires d’abandonner cette pratique et de se former à une autre activité respectueuse des droits humains.

Après une formation de 2 ans sur le sujet, ces femmes ont été convaincues du caractère néfaste de l’excision, et que cette mutilation n’a aucun fondement religieux. Elles ont elles-mêmes décidé d’y renoncer et d’entamer une autre activité lucrative qui soit respectueuse des droits humains.

A cette fin, le programme leur a accordé non pas un prêt mais une subvention et elles ont pu suivre une formation à l’entrepreuneuriat et au management. A présent, ces femmes ont également la responsabilité de sensibiliser leurs communautés.

La Cérémonie d’Abandon du Couteau de 2015 a marqué l’accomplissement de cette démarche, avec les déclarations publiques des anciennes exciseuses quant à l’abandon de la pratique. Alhagie Kebba Touray, Chef du Niamina oriental, a déclaré que les exciseuses présentes étaient toutes informées du fait que cette mutilation ne trouve aucune justification dans un texte religieux. Si elles ont de nouveau recours à l’excision, il s’agira donc d’un crime dont elles seront considérées comme pleinement responsables.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Une réponse sur « À Niamina, en Gambie, des exciseuses renoncent volontairement à leurs pratiques »

A reblogué ceci sur tangakamanuet a ajouté:
« Chaque vie vaut la peine d’être vécue. Chaque personne doit être respectée, quel que soit son état de santé ou de dépendance. Toute souffrance doit être soulagée. » (Dino Cinieri, le 5 octobre 2015 au Palais-Bourbon).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Plus à explorer

rond-popup

Fédération GAMS

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur notre Fédération. Contactez la Fédération nationale GAMS si vous souhaitez animer une délégation, dans votre région et/ou département.